MultiChoice et Canal+ concluent un accord de rachat

·
9 avril 2024
·
6 min read
Bâtiment de MultiChoice

Vous trouverez ci-dessous une version différée de notre newsletter phare, Résumé des points techniques

Chaque jour de la semaine, 30,000 5 abonnés reçoivent un résumé amusant de XNUMX minutes de l'actualité technologique africaine et mondiale, directement dans leur boîte de réception, des heures avant tout le monde.

Bonjour,

Victoria de Techpoint ici,

Voici ce que j'ai pour vous aujourd'hui :

  • MultiChoice et Canal+ concluent un accord de rachat
  • Les startups africaines ont levé 329.5 millions de dollars dans le cadre de 51 transactions au premier trimestre 1
  • Un dirigeant de Binance détenu en détention provisoire après avoir plaidé non coupable 
  • Pezesha et MarketForce règlent l'affaire à l'amiable

MultiChoice et Canal+ concluent un accord de rachat

Bâtiment MultiChoix

Hier, MultiChoice, le géant de la télévision payante coté à la Bourse de Johannesburg (JSE), renversé les haricots à ses investisseurs de s'associer à Canal+ pour une offre obligatoire que le géant français des médias doit leur faire. 

Tout a commencé après que Canal+ a acquis plus de 35 % des actions de MultiChoice plus tôt en 2024, atteignant le seuil d'une offre obligatoire selon les règles sud-africaines.

Des rapports indiquent que Canal+ s'est lancé dans une virée shopping, s'emparant encore plus d'actions MultiChoice ces derniers temps. Elle détient désormais une participation de 36.6 % dans la société. 

L'accord entre les deux géants signifie qu'ils uniront leurs forces pour faciliter le processus d'offre et publieront une circulaire d'offre combinée.

En mars, le Panel sud-africain de réglementation des OPA fixer l'offre minimum prix à 105 R par action, mais Canal+ va bien au-delà avec une nouvelle offre à 125 R par action.

A l'origine, la reprise devait être terminé le 8 avril, mais cette date limite pourrait être modifiée avec le feu vert du Panel sud-africain de réglementation des OPA.

Soyez le plus intelligent de la pièce

Rejoignez les 30,000 5 abonnés qui reçoivent Techpoint Digest, un tour d'horizon hebdomadaire et quotidien amusant de XNUMX minutes des événements technologiques africains et mondiaux, directement dans votre boîte de réception, des heures avant tout le monde.
Abonnement au résumé

Essayez-le, vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Politique de confidentialité.

Pour que les choses restent claires, MultiChoice a mis en place un conseil d’administration indépendant pour garantir l’équité, et a fait appel à Standard Bank of South Africa Limited pour revoir les conditions de l’offre.

Si l’accord se concrétise, MultiChoice pourrait faire ses adieux au JSE puisque Canal+ pourrait le radier. Mais Canal+ laisse entendre que les investisseurs sud-africains pourraient encore avoir une chance s'ils poursuivent leur projet de cotation européenne et proposent une cotation secondaire sur le JSE.


Les startups africaines ont levé 329.5 millions de dollars dans le cadre de 51 transactions au premier trimestre 1

baisse de financement

Au premier trimestre 2024, les startups africaines de la mobilité ont été les étoiles brillantes en termes de financement, malgré une baisse globale du financement total de 62 % par rapport à l’année précédente.

L’année dernière, les startups africaines ont levé une somme décente, mais cette année, les choses ont été un peu lentes, avec seulement 329.5 millions de dollars levés au travers de 51 transactions. Oui, c'est une baisse significative par rapport aux 873.9 millions de dollars de l'année dernière, en particulier avec la grosse augmentation de 400 millions de dollars de MNT-HALAN en février qui fausse les chiffres.

Mais bon, tout n’est pas catastrophique. Il y avait un côté positif avec une légère croissance d’un mois à l’autre. En janvier, 70.7 millions de dollars ont été collectés, après une légère baisse à 67.8 millions de dollars en février, mais une remontée à 190 millions de dollars en mars. Et n'oublions pas l'augmentation de 100 millions de dollars de Moove en mars, qui a donné un coup de pouce aux chiffres.

Les Fintechs n'ont pas connu le meilleur moment en termes de financement, n'ayant récolté que 38 millions de dollars sur trois mois. Mais il y a de l’espoir à l’horizon pour les startups de technologies climatiques. 

Vous connaissez le refrain! Si vous souhaitez approfondir le parcours de financement des startups africaines au premier trimestre 2024, consultez l'histoire de Chimgozirim. Croyez-moi, il regorge de tous les détails juteux que vous ne voudrez pas manquer. Juste cliquez ici pour le lire!


Un dirigeant de Binance détenu en détention provisoire après avoir plaidé non coupable

Tigrane Gambarian

Tigran Gambaryan, le dirigeant détenu de Binance, a déclaré il n'est pas coupable de blanchiment d'argent par la Commission des crimes économiques et financiers (EFCC) au Nigeria.

Il s'est présenté devant un tribunal d'Abuja pour répondre à des accusations d'évasion fiscale et blanchissant plus de 35 millions de dollars. Au début, il n'a rien plaidé, mais ensuite, lors de la grande mise en accusation officielle hier, il a plaidé non coupable des accusations de blanchiment d'argent.

Le tribunal a repoussé son affaire jusqu'au 18 avril 2024 et il est coincé au centre correctionnel de Kuje jusqu'à ce qu'ils décident de sa libération sous caution. Son véritable procès devrait débuter le 2 mai 2024.

Tout a commencé le 26 février 2024, lorsque les autorités nigérianes ont arrêté deux dirigeants de Binance dans le cadre de leur répression des affaires de cryptographie. Puis, environ un mois plus tard, les agents des impôts nigérians frapper Binance avec des accusations pour ne pas payer d'impôts et aider les utilisateurs à les éviter également.

Gambaryan est officiellement en difficulté pour blanchiment d'argent, mais ils sont toujours en train de régler les charges fiscales, fixées au 19 avril 2024.

L'autre dirigeant de Binance détenu, Nadeem Anjarwalla, a réussi à échapper à la garde à vue et quitter le Nigeria, mais Gambaryan est toujours sur la sellette.

Au cours de son audience, le juge a déclaré que Gambaryan ne pouvait pas esquiver les accusations simplement parce qu'Anjarwalla n'était pas là. Ils lui font assumer la responsabilité de Binance et s'occuper du désordre juridique.

Pendant ce temps, Binance tente d'éloigner Gambaryan de tout le désordre, dire il n'est pas un gros bonnet là-bas et c'est juste un policier, pas un patron.


Pezesha et MarketForce règlent l'affaire à l'amiable

Co-fondateurs de MarketForce

Après une confrontation juridique qui a duré six mois, la startup fintech kenyane Pezesha et MarketForce, une plateforme de commerce électronique B2B, a finalement appelé à une trêve.

MarketForce, confronté à quelques difficultés financières, je devais à Pezesha une grosse somme. Les choses sont devenues si tendues que Pezesha a même déposé une demande de liquidation de MarketForce, dans l'espoir de récupérer ce qui leur était dû.

Mais avance rapide jusqu’en mars 2024, et quelque chose d’inattendu s’est produit. Lors du sommet mondial Harambeans à Maasai Mara, les fondateurs des deux sociétés, Hilda Moraa de Pezesha et Tesh Mbaabu de MarketForce, se sont assis et ont discuté. Ils ont réussi à parvenir à un accord et à régler leurs différends à l'amiable.

Avant tout ce drame, Pezesha aidait MarketForce avec des prêts à ses détaillants. Mais alors que MarketForce traversait des périodes difficiles en matière de financement, ils n'ont pas pu faire face à leurs dettes, provoquant des tensions entre les deux sociétés.

Mbaabu a admis qu'ils avaient sous-estimé les défis liés à la mise à l'échelle et qu'ils auraient pu mieux communiquer avec Pezesha pendant leurs problèmes de financement. Leçon apprise, dit-il.

Pendant ce temps, Moraa pense qu'ils auraient pu gérer la situation plus facilement et se concentrer sur la recherche de solutions ensemble au lieu de se précipiter devant les tribunaux.

Mais bon, il y a un côté positif : Pezesha a récemment obtenu une subvention de 500,000 XNUMX $ de la Société américaine de financement du développement international. Avec cet argent, ils prévoient d'améliorer leur offre de prêts aux petites entreprises d'Afrique subsaharienne en utilisant des technologies sophistiquées telles que la science des données et l'apprentissage automatique. Ce ne sont donc pas que de mauvaises nouvelles après tout !


Au cas où vous l'avez manqué

Ce que je lis et regarde  

D'ACQUISITIONS   

  •  Faites une demande pour l'Initiative Visa Everywhere (VEI) avant le 6 mai 2024, ici
  • Nansen recherche un chef de produit. Appliquer ici.
  • Chez Matters Lab recrute un chef de produit à distance. Appliquer ici.
  • Veza est à la recherche d'un ingénieur logiciel senior. Appliquer ici.
  • Clari est à la recherche d'un ingénieur logiciel senior. Appliquer ici.
  • Seedstars a annoncé INFUSE 2024, une invitation mondiale à des applications innovantes visant à renforcer les systèmes de santé contre les menaces climatiques et à améliorer la vaccination. Appliquer ici.
  • Explorer ce site Internet pour trouver plusieurs opportunités d'emploi dans les données qui correspondent à vos préférences.
  • Si vous êtes un ingénieur logiciel, un concepteur créatif, un chef de produit, un chercheur en conception ou un technicien à la recherche d'un stage, veuillez cocher sur ce site.

Passez un excellent jeudi !

Victoria Fakia pour Techpoint Afrique.

Elle est autiste et s'intéresse à la santé mentale et à la manière dont la technologie peut aider les Africains souffrant de troubles mentaux. Retrouvez-la sur Twitter @latoria_ria.
Elle est autiste et s'intéresse à la santé mentale et à la manière dont la technologie peut aider les Africains souffrant de troubles mentaux. Retrouvez-la sur Twitter @latoria_ria.
Elle est autiste et s'intéresse à la santé mentale et à la manière dont la technologie peut aider les Africains souffrant de troubles mentaux. Retrouvez-la sur Twitter @latoria_ria.

Autres histoires

43b, Emina Cres, Allen, Ikeja.

 Techpremier Media Limited. Tous les droits sont réservés
loupe