Un tribunal sud-africain ordonne à Vodacom d'indemniser le créateur de « Please Call Me » dans un délai de 30 jours

·
8 février 2024
·
3 min read
Vodacom
  • Nkosana Makate, le créateur de « Please Call Me », a exprimé sa satisfaction face à la récente décision de la Cour suprême d'appel. Il a décrit le long différend juridique avec Vodacom comme n'étant pas un jeu d'enfant, affirmant que le sacrifice a été important.
  • Cette nouvelle intervient après que l'opérateur de télécommunications sud-africain a subi un nouveau revers dans sa bataille juridique contre le service « Please Call Me ». Le tribunal a ordonné à Vodacom de déterminer une nouvelle indemnisation pour Makate dans les 30 jours suivant l'ordonnance.
  • Cependant, Vodacom a exprimé son mécontentement face à cette décision et s'est engagé à faire appel devant la Cour constitutionnelle d'Afrique du Sud.

Selon des documents judiciaires, Vodacom est obligé de payer à Makate 5 à 7.5 % du total des revenus vocaux générés par le service Please Call Me. Cela comprend les intérêts et les revenus des offres prépayées ou contractuelles de mars 2001 à mars 2021 (20 ans).

Le différend juridique entre Makate et Vodacom au sujet du produit « Please Call Me » a débuté en 2008. 

En 2000, Makate approché Vodacom avec l'idée de « Please Call Me », permettant aux utilisateurs d'envoyer un message gratuit à d'autres utilisateurs de Vodacom pour demander un appel, même lorsque le crédit est insuffisant.

 L'opérateur mobile a approuvé l'idée et a révélé que 40,000 15 utilisateurs s'étaient inscrits au service le jour du lancement. Vodacom l'a d'abord fourni gratuitement, mais a ensuite commencé à facturer XNUMX cents pour chaque transaction. 

Publicité

Mais les choses ont rapidement tourné au vinaigre lorsque Vodacom aurait rompu sa promesse. Alors que certains ont rapporté que les opérateurs télécoms avaient promis de reverser à Makate une partie de leurs bénéfices issus du service, d'autres ont indiqué que cette proportion était de « 5 % des bénéfices générés par son invention ». 

Ces développements ont conduit Makate à intenter une action en justice contre l'entreprise, contre laquelle il se bat depuis plus de 15 ans.

Selon la décision, Makate a droit à 27 % des messages quotidiens Please Call Me envoyés comme revenus des retours d'appels.

En outre, la décision exige que le PDG du groupe Vodacom, Shameel Joosub, recalcule « le taux annuel effectif ». Ce taux devrait être une combinaison du taux contractuel effectif et du taux prépayé effectif pour aider à déterminer l'indemnisation de Makate. 

Les tarifs dans chaque cas ne peuvent pas être inférieurs à ceux fixés par l'Autorité indépendante des communications d'Afrique du Sud.

Soyez le plus intelligent de la pièce

Rejoignez les 30,000 5 abonnés qui reçoivent Techpoint Digest, un tour d'horizon hebdomadaire et quotidien amusant de XNUMX minutes des événements technologiques africains et mondiaux, directement dans votre boîte de réception, des heures avant tout le monde.
Abonnement au résumé

Essayez-le, vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Politique de confidentialité.

Le porte-parole de Vodacom, Byron Kennedy, a déclaré : « Vodacom est surpris et déçu du jugement et déposera une demande d'autorisation de faire appel devant la Cour constitutionnelle d'Afrique du Sud. 

"Conformément à une ordonnance de la Cour constitutionnelle de 2016, le PDG de Vodacom a déterminé une compensation raisonnable de 47 millions de rands à Makate pour l'idée Please Call Me."

Pendant ce temps, Nkosana Makate aussi réagi"Je suis ravi du jugement ; il nous amène un peu plus loin et beaucoup plus près de la finalité. Cela fait longtemps, le sacrifice a été énorme, et une bataille de 15 ans avec une entreprise aussi importante que Vodacom n'est pas un jeu d'enfant. »

La récente ordonnance de la Cour suprême d'appel a annulé l'offre de Joosub de 47 millions de rands (2,486,589.61 XNUMX XNUMX $). Makate avait précédemment décliné l'offre et déposé une requête auprès de la division Gauteng de la Haute Cour d'Afrique du Sud demandant un contrôle judiciaire et l'annulation de la décision du PDG du groupe Vodacom. 

Le 8 février 2022, la Haute Cour renversé la décision du PDG de Vodacom et lui a ordonné de reconsidérer l'accord proposé à Makate.

Entre-temps, plus tard dans le mois, Vodacom a déposé une demande pour faire appel du jugement et de l'ordonnance de la Haute Cour.

En outre, Vodacom a chargé Makate d'une bataille juridique distincte à Pretoria pour faire modifier une décision de justice de 2020, qui ordonnait à l'entreprise de lui remettre des copies des contrats. 

En septembre 2023, le tribunal Rejeté sa demande de modification et a ordonné à Vodacom de fournir à Makate des copies des contrats de services à valeur ajoutée qu'il avait avec d'autres fournisseurs de services, y compris ceux impliquant la recharge prépayée, la messagerie en masse, le service Look4Me, la feuille de voyage mobile, Vodacom PayPoint et le 082-911 d'urgence service.


Vous avez un pourboire? Nos journalistes sont prêts à creuser plus profondément. S'il vous plaît partager vos idées et informations et aidez-nous à découvrir les histoires qui comptent.

Abonnez-vous à Techpoint Digest
Rejoignez des milliers d'abonnés pour recevoir notre tour d'horizon hebdomadaire et quotidien de 5 minutes des événements technologiques africains et mondiaux, directement dans votre boîte de réception, des heures avant tout le monde.
Il s'agit d'un tour d'horizon quotidien de 5 minutes des événements technologiques africains et mondiaux, envoyé directement dans votre boîte de réception, entre 5 h et 7 h (WAT) tous les jours de la semaine ! 
Abonnement au résumé

Essayez-le, vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Politique de confidentialité.

Autres histoires

43b, Emina Cres, Allen, Ikeja.

 Techpremier Media Limited. Tous les droits sont réservés
loupe