Le financement du capital-risque africain chutera de près de 1 milliard de dollars à la fin de l'année, selon un rapport

·
6 mai 2020
·
3 min read

L'année dernière, Partech Afrique rapporté que 234 entreprises technologiques africaines ont levé un total de 2.02 milliards de dollars en 250 tours de table. Cela a marqué une augmentation de 74% par rapport au chiffre de 2018 de 1.163 milliard de dollars levé par 146 startups en 164 tours.

Avec les géants de la fintech, OPay et Interswitch, levant 120 millions de dollars et 200 millions de dollars respectivement en novembre, cette année promettait d'être celle que l'écosystème technologique africain n'oublierait pas de sitôt.

Au début, il semblait que ça allait être ainsi. Offres d'autres acteurs de la fintech, Flutterwave et JUMO en janvier et février nous a inauguré 2020 avec la paire levant 90 millions de dollars.

A la fin du premier trimestre, Techpoint Afrique rapporté que les startups nigérianes avaient levé un total de 55.37 millions de dollars, soit une augmentation de 313% par rapport aux chiffres du premier trimestre 1, tandis que Ponts Briter ont rapporté que les startups africaines ont levé environ M $ 350.

ponts briter
Source : Ponts Briter

Toutefois, selon AfriqueArena, un accélérateur d'écosystème tech africain, via son État de l'innovation technologique et de l'investissement en Afrique rapport, le capital-risque diminuera au cours des derniers trimestres de l'année.

Le capital-risque aux startups africaines réduit de 40%

L'accélérateur fonde ses conclusions sur l'impact de la pandémie de coronavirus sur les startups africaines et leurs écosystèmes respectifs.

"Alors que jusqu'au début de 2020, la tendance semblait être relativement claire en termes de croissance des investissements dans l'écosystème technologique du continent, la crise du COVID-19 a créé un niveau élevé d'incertitude et pose de nombreux défis", lit-on dans un extrait du rapport.

AfricArena a utilisé les données de Partech Africa 2019 Capital-risque technologique africain rapport et Maxime Bayen de Greentech Capital pour raconter ses conclusions.

Bien que le continent rapporte environ 350 millions de dollars au premier trimestre 2020, AfricArena pense qu'une forte baisse se produira aux deuxième et troisième trimestres.

Rejoignez plus de 3,000 XNUMX fondateurs et investisseurs

Abonnez-vous à la newsletter Equity Merchants et commencez à recevoir des conseils et des ressources pour réussir votre startup.
Formulaire pour les commerçants d'actions

Essayez-le, vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Politique de confidentialité.

En raison de l'impact de la pandémie, le rapport indique que les startups africaines recevront 40 % de capital-risque en moins que l'année dernière.

Peignant le pire des scénarios d'absence d'accords de ramassage tout au long de l'année, le rapport fixe les accords africains à environ 1.2 milliard de dollars tout en fixant un scénario du meilleur des cas avec une utilisation au dernier trimestre à 1.8 milliard de dollars.

"Nous nous attendons à ce que l'activité des transactions chute fortement au deuxième et au troisième trimestre 2, principalement alimentée par les investisseurs en capital-risque effectuant des transactions de refinancement sur leur portefeuille. Malgré des mesures d'évaluation probablement en baisse d'un facteur de 3 à 2020%, les nouvelles transactions seront limitées jusqu'à ce que l'économie générale redémarre.

AfriqueArena
Source : Africa Arena

Cependant, si la pandémie se poursuit jusqu'au premier trimestre de 2021, le rapport prévoit des accords de capital-risque totalisant 1.6 milliard de dollars, mais s'il y a un retour progressif à la vie pré-coronavirus, il maintient une vision optimiste de 3 milliards de dollars.

Le rapport a également fait une prévision sur deux ans indiquant que les accords de capital-risque africains iront de 2 milliards de dollars à 5 milliards de dollars.

En outre, il s'attend à ce que de nombreuses startups de série A aient fermé leurs portes avant la fin de l'année.

"Un facteur critique est le risque qu'une grande partie des clusters en phase de démarrage (de la pré-amorçage à la série A) soit en grande partie anéantie dans les 3 à 9 mois à venir, détruisant une grande partie du futur pipeline d'investisseurs.

"Nous ne nous attendons pas à ce que les investissements providentiels ou les fonds d'amorçage soient en mesure de bien performer dans le contexte actuel et, par conséquent, le manque continu d'investisseurs en phase de démarrage sur le continent pourrait s'avérer particulièrement problématique à ce stade", indique le rapport.

Malgré ses prévisions, l'accélérateur mise sur la résilience et la frugalité des fondateurs et des startups pour traverser cette période malgré la réduction imminente des investissements en capital-risque dans les mois à venir.

Sans cesse amusé par la technologie. @ulennaya
Sans cesse amusé par la technologie. @ulennaya
Sans cesse amusé par la technologie. @ulennaya

Autres histoires

43b, Emina Cres, Allen, Ikeja.

 Techpremier Media Limited. Tous les droits sont réservés
loupe