En impliquant les enseignants, les startups edtech peuvent-elles résoudre le problème d'apprentissage au Nigeria ?

·
4 décembre 2019
·
4 min read

À la lumière de l'innovation dans l'éducation dans le monde, ce n'est pas une nouvelle que le système éducatif nigérian ait besoin d'une réévaluation et d'une normalisation approfondies.

Selon Aperçu de l'école de commerce de Lagos, il existe trois concepts éducatifs importants lorsque l'on prend en considération le système éducatif nigérian : Comment les écoles nigérianes sont-elles financées ? Quel est le contenu des programmes des étudiants ? Comment sont formés les enseignants ?

En ce qui concerne le financement des écoles, c'est le gouvernement qui est tenu responsable.

Si l'on considère la deuxième construction où les programmes d'études du pays peuvent être considérés comme ceux utilisés à l'époque coloniale, il y a évidemment une myriade de problèmes.

En tête de liste figurent les organismes d'examen de l'éducation au Nigéria - le Conseil des examens de l'Afrique de l'Ouest (WAEC), le Conseil conjoint des admissions et de l'inscription (JAMB) et la Commission nationale des universités (NUC) - qui enfoncent ces contenus et programmes obsolètes dans la gorge. des élèves du primaire, du secondaire et du supérieur alors que les maîtres coloniaux du pays - la Grande-Bretagne - ont depuis amélioré le leur.

Autour de ces programmes obsolètes, les startups ont depuis vu le jour en essayant de résoudre des problèmes avec une énorme demande existante pour les auto-évaluations, la préparation aux tests et les cours après l'école.

Bien qu'ils ne veuillent pas discréditer les efforts de ces startups, il semble que l'hypothèse avancée soit que les élèves, principalement dans les écoles primaires et secondaires, n'apprendront pas à l'école. L'enseignement est juste le problème de quelqu'un d'autre. Mais les élèves apprendront-ils si l'accent mis sur l'évaluation à court terme continue d'ignorer la dernière construction du système éducatif nigérian : l'enseignement ?

Dans un cadre utopique, les enseignants sont considérés comme des professionnels de l'éducation capables de voir et de comprendre l'enfant dans sa globalité, de contextualiser l'apprentissage de manière à ce qu'il soit pertinent pour chaque enfant et de veiller à ce que la scolarité ait du sens pour tous les enfants.

Cependant, la mauvaise qualité actuelle de la formation des enseignants, ainsi que le manque d'autonomie des enseignants et une approche standardisée à taille unique, ont entraîné une crise de l'enseignement en tant que profession et dans la qualité de l'apprentissage dans la plupart des écoles nigérianes.

Rejoignez plus de 3,000 XNUMX fondateurs et investisseurs

Abonnez-vous à la newsletter Equity Merchants et commencez à recevoir des conseils et des ressources pour réussir votre startup.
Formulaire pour les commerçants d'actions

Essayez-le, vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Politique de confidentialité.

Cela signifierait beaucoup pour le pays si les startups se positionnaient pour résoudre nos problèmes d'apprentissage à travers les enseignants.

Prenons cet exemple. Meghshala, une startup edtech en Inde, s'est fixé pour objectif d'améliorer la qualité de l'enseignement dans les écoles publiques et privées en créant des kits pédagogiques pour les mathématiques, l'anglais, les études sociales et les sciences pouvant être chargés sur les téléphones des enseignants.

Ces kits pédagogiques sont basés sur des manuels à chaque niveau scolaire, ce qui permet aux enseignants d'apprendre plus facilement ce qu'ils doivent enseigner, de planifier leurs leçons et de les dispenser en classe.

De telles solutions améliorent la qualité de l'enseignant, ce qui se traduit par un meilleur enseignement et un apprentissage exceptionnel de la part des élèves.

Lors de l'édition de novembre du Pitch Friday qui s'est tenue au siège de Techpoint, trois des quatre startups qui ont pitché étaient impliquées dans une forme de technologie éducative ou dans l'autre avec le seul objectif d'aider les étudiants à apprendre.

Les conversations autour de ces solutions ont amené un participant à demander si les plateformes edtech pouvaient vraiment être la solution au problème d'apprentissage du Nigeria.

L'un des lanceurs, Akintade Samson, Chef de la direction Éducation Quizac, a répondu par l'affirmative. Il a cependant cité la qualité des enseignants comme l'un des domaines qui doit être abordé.

« Ma réponse simple est un oui catégorique. Cependant, nous devons d'abord détourner notre esprit de la vague actuelle de perturbation de l'éducation par la technologie et examiner de plus près ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas. Des questions telles que la qualité des enseignants contribuent à faire de l'apprentissage un problème majeur et si nous nous concentrons sur les bons problèmes et ne nous contentons pas d'adopter des solutions, nous ferons des progrès positifs vers la résolution de ce problème.

Bien que cela puisse sembler être la stratégie incontournable pour un cadre d'apprentissage global, la création de solutions pour produire de meilleurs enseignants au Nigeria est une tâche difficile. Cela est dû à des facteurs allant de la culture numérique au smartphone et de l'accès à Internet aux réglementations. Avec des investissements limités, les startups edtech du pays sont alors obligées de fournir des solutions aux consommateurs qui ont peu de barrières à l'entrée - les étudiants.

Répondant à cela, Titilope Adewusi, Chef de la direction 9ija Enfants, une plate-forme en ligne qui enseigne aux enfants le Nigeria, l'entrepreneuriat et les valeurs à l'aide de jeux, explique pourquoi les enseignants sont presque une réflexion après coup dans la réflexion sur le design des fondateurs de startups edtech.

«Le pouvoir d'achat des solutions edtech appartient davantage aux parents et aux élèves qu'aux écoles et aux enseignants, en particulier dans une perspective de mise à l'échelle. Actuellement, si des solutions doivent être conçues pour les enseignants, elles doivent être principalement basées sur une technologie de téléphonie mobile bas de gamme si elles doivent être accessibles à une population enseignante importante. Pour que le potentiel de ce segment se révèle, il est impératif de développer des appareils abordables ou des smartphones et des forfaits de données.

Même si les startups edtech peuvent combler le fossé de l'apprentissage dans le système éducatif nigérian, elles auront toujours besoin d'un environnement propice et du cadre réglementaire nécessaire pour évoluer.

Selon les mots d'Adewusi,

"Il est possible de développer des solutions edtech pour les enseignants afin de soutenir le secteur, mais cela nécessite d'abord un environnement plus favorable."


Vous avez un pourboire? Nos journalistes sont prêts à creuser plus profondément. S'il vous plaît partager vos idées et informations et aidez-nous à découvrir les histoires qui comptent.

Sans cesse amusé par la technologie. @ulennaya
Sans cesse amusé par la technologie. @ulennaya
Sans cesse amusé par la technologie. @ulennaya

Autres histoires

43b, Emina Cres, Allen, Ikeja.

 Techpremier Media Limited. Tous les droits sont réservés
loupe